Energy Free Architecture Manifesto

Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, les architectes ont été instrumentalisés par l’industrie des matériaux de construction pour remplacer les productions  artisanales et la main d’œuvre locale par des produits industriels. Nos ainés ont réalisés des architectures « gourmandes » en énergie et isolées de leur environnement naturel,  dépendant des grands réseaux industrialisés de production d’énergie.

Nous, architectes,  nous engageons à ce que chacun de nos bâtiments soit conçu avec l’objectif d’une réduction drastique de sa consommation d’énergie primaire et qu’il intègre des systèmes actifs de production énergétique.

Cette démarche vise à la création d’un cercle vertueux où chaque bâtiment sera considéré comme un « organisme » urbain à empreinte environnementale réduite et deviendra un véritable acteur d’un réseau énergétique distribué.

Pour ce faire nous nous engageons sur ces points et demandons à tous les architectes, urbanistes, promoteurs et les acteurs de l’industrie immobilière de nous rejoindre dans cette action pour l’amélioration de notre environnement futur en signant le manifeste suivant :

 

1- Chaque bâtiment doit produire, stocker et distribuer son énergie localement en autonomie.

2- Le potentiel d’un site n’est révélé que par croisement et interaction de ressources de natures différentes ( le vent, le soleil, l’eau, les mouvements, …). Aujourd’hui, la compensation énergétique n’est réalisée que par une seule source d’énergie.

3- La matière qui constitue la structure des bâtiments est la première source de stockage et de distribution d’énergie  à considérer.

4- L’organisation de cette matière, en manipulant sa géométrie et la structure du bâtiment est la première source d’ajustement  et d’amélioration des qualités intrinsèques des matériaux.

5- Chaque bâtiment peut être conçu comme un écosystème capable de faire interagir des systèmes de complexité et de capacité d’interaction variables avec l’utilisateur.

6- L’intégration de dispositifs d’enregistrement connectés permet une accumulation de données à analyser pour améliorer le bâtiment tout au long de sa vie.

7- Chaque bâtiment, comme un organisme, doit apprendre progressivement par imitation et ajuster les algorithmes qui le régissent son fonctionnement et la gestion de ces mécanismes internes tout au Long de sa vie.

8- Toute structure (un mur, un poteau) par sa simple présence génère un « différentiel » dans l’espace qui peut être  source d’énergie (force venturi lié au vent, différentiel solaire/ombre, différentiel de masse, différentiel de déplacement ou de mouvement)

9- Tout bâtiment doit pouvoir disparaître dans son environnement par simple « érosion» lorsque les systèmes qui le gèrent sont périmés et que ses fonctions sont inutiles.

David Serero