VIVRE DANS UNE MAISON EN CONTAINER (CONTENEUR)

18 mai 2020

 

Les maisons-conteneurs ou containers sont apparues dans les années 90, tout d’abord sous formes de résidences étudiantes ou d’habitats innovants dans les pays scandinaves. Aujourd’hui, ils sont devenus un moyen économique de vivre dans une maison originale à coût maîtrisé, tout en réalisant un acte écologique : Le réemploi de matériaux industriels. Malgré son apparente simplicité, la construction de ce type de maison, basée sur la réutilisation de conteneurs maritimes n’est pas si simple. Elle implique de traiter de nombreux aspects techniques et architecturaux pour être réussie et confortable. C’est aussi un moyen écologique de réemployer quelques un des millions de containers utilisés chaque années et qui en fin de vie sont découpés et revendus au poids.

 

Une structure de containers

Comme toutes constructions, même temporaire, la maison container se doit d’avoir de bonnes fondations, c’est à dire des supports solides sur lesquels poser cette maison pour répartir le poids du bâtiment au sol. Ce point est faussement simple. Une préparation du terrain est dans la plupart des cas indispensable. Plusieurs possibilités existent:  pieux en béton, dalle béton ou structure acier, les supports sur lequel sont posés les containers doivent être conçus pour évacuer l’eau et résister, dans le temps,  au poids des conteneurs une fois aménagés.

 

La structure du container est simple, c’est un volume-structure qui permet l’empilement de 6 à 8 autres containers. Les arrêtes du container fonctionnent comme des poteaux, et les traverses qui relient ces poteaux travaillent comme des poutres. Les parois métalliques assurent le contreventement ( la stabilité latérale)  de la structure et lui donnent sa rigidité.

C’est pour cette raison que la création d’ouvertures, ou de fenêtres,  peut se révéler problématique (en raison de leur taille) car les capacités structurelles du container s’en trouvent alors altérées. Une bonne alternative est de considérer les containers comme des « objets trouvés ». Le container, tel un objet extrait de son contexte maritime, doit conserver son statut d’objet importé en limitant les modifications à réaliser sur sa structure de base.

 

 

L’isolation est un point important dans notre pays au climat tempéré. Il est primordial d’isoler les containers du froid mais il est également nécessaire que la maison évacue la chaleur en été. Ces deux fonctions, bien que contradictoires, sont prises en compte dans la  conception de votre projet. En travaillant sur l’orientation des volumes de la maison, le dimensionnement des ouvertures, nous pouvons déterminer comment ventiler naturellement la maison en été pour la garder au frais tout en ayant le moins de déperditions de chaleur en hiver.

 

Des espaces de la maison modulaires et adaptables

Travailler l’espace entre les containers au lieu des containers eux-mêmes accroît les possibilités d’aménagement. Les containers sont par définition, des entités fermées, propres à l’isolement, et à l’intimité. L’espace entre ces containers au contraire, est un espace de vie commun et convivial. Qu’il soit intérieur ou extérieur, cet espace s’ouvre sur les espaces alentours et il pourra être couvert par une structure de couverture légère. 

 

Les containers sont des modules de tailles standard. Ils ont pour dimensions courantes : 6 mètres ou 12 mètres de longueur et 2,4 mètres de largeur, pour une hauteur de 2,59 mètres ou 2,90 mètres. Ils ont été conçus pour être empilés, transportés, stockés les uns sur les autres et côte à côte. Ce sont donc des structures modulables et adaptables. Une famille, au cours des années, s’agrandit, se transforme ou se recompose. Les espaces d’intimité de chacun et de vie familiale peuvent ainsi être transformés au gré de ces évolutions. La maison container devient ainsi très intéressante permettant une reconfiguration et adaptation à merci au fil des évolutions de la cellule familiale. Les rendre facilement démontables permet d’agrandir ou de réduire la surface d’habitation en fonction des besoins. Nous privilégions pour cela  un assemblage par boulonnage plutôt que par soudure, et l’emploi de matériaux dont la mise en œuvre se fait à sec (par assemblage), plutôt que par coulage de produits liquides tels que le béton, le ciment ou le plâtre dont la mise en œuvre et longue et la modification impossible sans démolition.

 

Une maison container au style industriel-chic

 

 

Le container, par son aspect métallique et sa forme ancrée dans le transport commercial maritime est un emblème de l’industrie moderne, qui témoigne de nos échanges quotidiens avec le monde entier. Une maison container est avant tout une maison industrielle. Nous utilisons le procédé industriel de fabrication à grande échelle de container pour produire des espaces de vie durables et de qualité. D’ailleurs la maison située à Pacific-Palissade en Californie, des designers américains Charles et Ray Eames, fabriquée à partir de rebuts d’acier de l’armée américaine, en développant une esthétique industrielle chic, est devenue aujourd’hui une icône absolue du design.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comment obtenir un permis de construire  pour une maison  container

Lors du permis de construire, l’acier, le verre et le bois possèdent une esthétique industrielle qui peut, de prime abord, rebuter certains riverains, le service d’urbanisme local, ou l’architecte des Bâtiments de France qui instruit le dossier. Ces caractéristiques peuvent être interprétées comme non-conforme au plan local d’urbanisme (PLU) en vigueur. Les tubes en aciers, les surfaces métalliques ondulées, les crochets de soulèvement, les grandes portes acier sont autant de modénatures ou d’ornements qui créent un langage contemporain  lorsque travaillés habilement dans la conception d’une maison.

 

(Voir notre article sur les permis de construire)

 

Il est donc important de présenter et de justifier architecturalement le projet aux différents acteurs. Cela nécessite un architecte expérimenté, capable d’expliquer le langage architectural développé par l’esthétique de l’acier, de convaincre l’administration en place. 

 de la conformité du projet au PLU, de préciser la méthode de construction à mettre en oeuvre. Pour toute construction un permis de construire sera nécessaire. La procédure est généralement de deux mois, mais elle peut s’étendre à 6 mois, en faisant l’objet de nombreux allers et retours avec les instructeurs du service d’urbanisme. (demande de précisions, de réponses à des questions, refus esthétiques, modifications de façades ou toiture, etc.)

 

 

Toutefois, ces difficultés administratives sont à mettre en rapport avec le coût de revient d’une telle construction. Nos projets réalisés  montrent qu’une maison de ce type a un prix inférieur de 20 à 40% à une construction traditionnelle. Le coût de revient varie de 800 à 1 300€ du mètre carré, contrairement à une construction classique dont le prix est d’au moins 1 200 à 1 600€ du mètre carré. Cette différence de coût s’explique par des temps de chantiers réduits, dû à la nature du container qui est un élément “prêt à l’emploi”. Le prix très faible d’un container, 2 000€ environ pour une superficie de 28m2 permet un coût de réalisation très bas. Ceux-ci sont préparés en atelier et ensuite posés et assemblés directement sur site. Le chantier est ainsi propre (pas de poussières et peu de nuisances sonores) et court. Vous pourriez emménager dans les semaines qui suivent la pose des containers sur le terrain…

 

Crédit photos : Porte-conteneurs CMA CGM, Maison Blue Hill, Maine Adam Kalkin, Maison Charles and Ray Eames, Pacific Palissade, Californie

 

 

 

  • Restez informés

    Recevez nos dernières actualités